31/08/2009

Les diagonales de France d'André en 2009.

 

Menu principal


 

Les Diagonales de France d’André Vaneeckhout pour l'année 2009

Les récits des diagonales de France d’André Vaneeckhout.

Les diagonales de France sont au nombre de 9.

Quelques récits avaient déjà été écrits en 2007 : http://aurore-cyclo-les-recits.skynetblogs.be/diagonales-de-france-2007

 

Les 2 récits suivants racontent les diagonales de 2009.

1) Hendaye-Menton

2) Menton-Dunkerque

 


 

Comte-rendu diagonale 9149 Hendaye-Menton.

Mercredi 24 juin : Hendaye-Pau

Arrivé par le train à 14h50, il est 15h05 quand je quitte le commissariat après les formalités d'usage.

Une première bosse pour s'extirper d'Hendaye, suivies de quelques autres jusque Bayonne. Le vent vient de la mer, excellent présage, le long de l'Adour il me poussera. Quelques kilomètres avant Bayonne, un cyclotouriste arrive en face, je sais que c'est Henri Bourel, compagnon de Paris-Pékin. Les retrouvailles, un court instant d'émotion, ce que nous avons vécu ensemble pendant 4 mois et demi crée des liens. Henri m'accompagne pour la traversée de Bayonne (beaucoup de trafic). Quelle aide appréciable que celle d'un sariste pour traverser une ville, il suffit de suivre. A la sortie de la ville, Henri m'indique une boîte aux lettres et nous prenons un verre, l'occasion de prendre quelques photos. Un peu plus loin, il me quitte. Salut Henri, a bientôt sur Londres-Edimbourgh-Londres.

En route pour Pau, via Sorde l'Abbaye où je m'offre un excellent repas rapidement préparé et aussi le plaisir de discuter avec un couple de marcheurs en route vers Compostelle.

Arrivée vers 22h00 à l'hôtel : 140 km parcourus. 675 m dénivelé

Jeudi 25 juin : Pau-Carcassonne

Départ à 6 h00. Réveillé par l'orage, j'attends qu'il soit terminé pour partir. Traversée de Pau avec arrêt au premier bar ouvert pour le tampon et le café, les croissants viendront plus tard. Une pluie sporadique m'accompagne quelques heures; elle sera ensuite remplacée par la chaleur. Le parcours est vallonné mais agréable. J'atteins Saint Gaudens vers 13 h. Une confusion entre N117 et D117 me fait commettre une sérieuse erreur de parcours (après 10 diagonales, cela ne devrait plus se produire!!). Ajoutez à cela une crevaison et un bref instant d'énervement. Tampon à Belpech que je quitte à 20 h 15, je n'ai finalement qu'une ½ h de retard.

Fanjeaux - Montréal - Carcasssonne où j'éprouve quelques difficultés à trouver l'hôtel dans l'obscurité.

Il est 23 h00 quand je m'y présente. 315 kms (30 en + que prévu). 2020 m dénivelé

Vendredi 26 juin : Carcassonne - Salon de Provence

Départ à 6h05. Traversée de Carcassonne sans difficulté vu l'heure matinale. Splendide vue sur les fortifications éclairées par le soleil levant. Je bifurque à gauche et c'est parti, vent favorable jusque Béziers, un régal. Ce vent très fort soufflera ensuite de côté et la progression sera plus difficile. La chaleur devient vite accablante. Si la traversée de Béziers s'effectue sans difficultés, celle de Montpellier le sera beaucoup moins. Ne pouvant compter sur les autochtones, l'aide de la police sera la bienvenue. Entre Lunel et Arles je modifie mon parcours, la petite route le long du canal d'irrigation n'étant pas dotée d'un revêtement adéquat. Arrivée sur Arles via le chemin de Gimeaux, c'est la Camargue dans toute sa splendeur, l'eau, les roseaux, les chevaux galopants, tout y est.

Sur la route de St Martin de Crau, une fête, je mets pied à terre pour traverser la foule. De grandes barrières sont érigées de chaque côté de la route, à l'intérieur le spectacle, deux cavalières encadrent un taureau et l'amènent (au galop) vers un camion se trouvant à l'extrémité de la route. Surprise agréable que le spectacle offert ces deux amazones.

Arrivée à l'hôtel à 21h35, 280 kms, 830 m de dénivelé

Samedi 27 juin : Salon de Provence - Menton

Départ à 5h20. Arrivée à Rognes vers 6h30. Je remplace le tampon prévu par un ticket de retrait d'argent car tout est encore fermé. Dur, dur ce matin, je n'avance pas. Soudain, 2 vélos équipés de sacs, des diagonalistes sur Menton-Hendaye, 2 minutes d'arrêt, bon voyage et bon courage car eux ils vont avoir le vent de face...Si le profil de l'étape d'hier était plat, aujourd'hui cela va peu à peu se corser et comme il fait toujours aussi chaud, je rame dans ces longues côtes et ... je me rafraîchis dans les descentes. Draguignan, pause repas et tampon; je suis dans les temps. La traversée de Grasse me paraît longue et puis c'est la descente vers la côte. Cagnes-sur Mer, la piste cyclable puis plus rien. St Laurent du Var, Nice, la promenade des Anglais est partiellement barrée (because Iron Man le lendemain). Je suis obligé de passer par la ville, il y a un trafic dingue, je perds beaucoup de temps mais la police m'indique la route de la Basse Corniche que je suis jusque Menton. Très joli mais vu le trafic pas idéal en vélo.

L'heure d'arrivée officielle à Menton : 20h43, soit 22 minutes avant l'expiration du délai. 260 km, 2725 m de dénivelé

Total de la diagonale : 995 kms 6250 m de dénivelé





Compte-rendu diagonale 9150 Menton-Dunkerque

 

Mardi 30 juin : Menton-Sisteron

Je quitte le commissariat à 08h 20, direction La Turbie, j'ai choisi cette option pour deux raisons : j'ai parcouru la haute corniche de nuit lors de Dunkerque-Menton et puis comme le disait si bien un diagonaliste : « cela ne monte qu'une fois »de plus c'est en pente douce. La chaleur est rapidement au rendez-vous. Entrevaux : pause méridienne et interrogation : orage ou pas. La réponse viendra vite, des nuages noirs, les premières gouttes de pluie quelques kilomètres après Entrevaux. La montée du Col des Toutes Aures se fait sous la pluie. Dans la descente, les éléments se déchaînent, violente averse de grêle, tonnerre, éclairs, coulées de boue et de pierres sur la route ... et aucun endroit pour s'abriter. Les grêlons s'écrasent sur mes jambes nues (j'en garderai des marques 3 jours durant), je dois rester concentré pour éviter les gravats sur la route. St julien du Verdon, je trouve un premier abri en me collant à une porte de garage mais la gouttière qui déborde me fait fuir et j'entre dans un camping où je trouve un abri convenable pour mon vélo et moi. Je prends un café au bar, discute avec le patron du camping (il n'a jamais vu un orage d'une telle violence!) et repars 1h15 plus tard. Le soleil revient et me sèche. Après le Col des Robines, descente et contrôle à Barrême où la boulangère, originaire du Pas de Calais, m'offre une seconde part de pizza. Il est 18h15, en route vers Sisteron

Arrivée 21h45 : 223 km parcourus.


Mercredi 1 juillet Sisteron - Bourg-en-Bresse

Départ à 5 h15. Départ difficile. J'éprouve des difficultés à m'alimenter, les jambes ont du mal à se mettre en route, dur, dur ce matin. Arrêt à Aspres : tampon, café et croissants. La chaleur est déjà présente, 29 kms pour atteindre le sommet du Col de la Croix Haute. Quelques kilomètres avant Monestier de Clermont, c'est la fringale, je m'allonge sous un arbre, quelques minutes de repos avant de grimper le Col du Fau. Après il y a la descente et Guy Renaudin qui m'attend à Le Vif. Nous déjeunons ensemble mais il faut repartir, j'ai pris pas mal de retard sur l'horaire. Je trouve sans trop de difficultés la piste cyclable pour traverser Grenoble. A Voreppe je me désaltère et remplis mes bidons. Le col de La Placette me paraît bien dur mais pas de tampon au sommet, le restaurant-bar est fermé. Descente en douceur vers la vallée du Rhône. Le passage par les gorges de Chaille   vaut le détour; un virage à droite et une vue fantastique sur la vallée. A Lagnieu, vu l'heure tardive et l'obscurité naissante,  je décide d'emprunter la N1075 vers Bourg en Bresse afin d'éviter de m'égarer. Le Hic, pas de tampon à St Denis en Bugey . Je prélève de l'argent à un distributeur à Pont d'Ain .... mais je perdrai le ticket par la suite; je n'ai plus qu'à compter sur la mansuétude du délégué aux diagonales.

Arrivée à l'hôtel à 00h15  295 kms


Jeudi 2 juillet : Bourg-en-Bresse - Bréviandes(Troyes)

Départ à 6h20. Quel plaisir que cette fraîcheur matinale et que dire de celui de voir arriver Bernard Faivre, déjà rencontré sur plusieurs diagonales. Le contrôle à Mervans, le café qu'il m'offre, les kilomètres parcourus ensemble, le rafraîchissement pris à Pouilly-sur-Saône lors de la pause méridienne .. et la séparation. Merci Bernard, que ces kilomètres parcourus en ta compagnie me parurent agréables. La traversée de Dijon s'effectue sans trop de difficultés. La route vers St Seine L'abbaye par contre en regorge (de difficultés). Je quitte Dijon à 14h15, je serai à St Seine L'abbaye à 16h15, 26 kms en 2 h, la chaleur est infernale. Entre-temps, j'ai rencontré Aimé Galdin qui m'attendait au bord de la route avec des rafraîchissements et des en-cas. Toi aussi Aimé, dont je faisais la connaissance, sois remercié pour ta gentillesse et tes encouragements. Peu à peu le relief se fait moins vallonné et j'atteins Châtillon sur Seine, non sans avoir essuyé une bonne averse. Un bon plat de pâtes pour reprendre quelques forces; un coup de fil à l'hôtel pour prévenir de mon arrivée tardive (on me donne le code) et c'est reparti, il reste 65 km.

Arrivée à l'hôtel à 23h00, 287 kms

Vendredi 3 juillet : Bréviandes(Troyes) - Tilloy-lès-Mofflaines(Arras)

Départ à 5h45. A St Julien les Villas, je prends un café dans le premier bar et fait apposer le tampon que je n'ai pu obtenir vu mon arrivée tardive. Troyes est traversée sans difficultés. Le relief de cette étape est plus facile mais le vent souffle de ¾ face, ajouté à la chaleur qui règne toujours et encore ..... Déjeuner à Condé-en-Brie, tampon et annotation du tenancier qui a participé à de nombreuses compétitions de marche (dont Paris-Colmar) et qui, pour des raisons de santé, a dû arrêter. Fère en Tardenois, Soissons, Ham, Péronne, les kilomètres se succèdent agrémentés de quelques belles bosses. Je m'arrête de plus en plus souvent, seul contre le vent c'est usant !

Arrivée 23h55, 290 kms.


Samedi 4 juillet : Tilloy-lès-Mofflaines(Arras)- Dunkerque

Départ 4h55. Peu de choses à signaler. Une erreur de parcours à Lens (Ah ces sens uniques qui vous fourvoient!). Un parcours sous un soleil parfois voilé mais sous une température agréable et peu de vent. Arrivée à 11h20 au commissariat. Les policiers étant très occupés je devrai patienter quelques minutes d'où heure officielle d'arrivée 11h25. 108 kms

Total : 1203 kms 8500 m dénivelé

Ceci était ma 12e diagonale, pour moi la plus dure de toutes. La canicule en est la cause principale.