26/08/2011

Paris-Brest-Paris 2011

2011: 17ème PARIS BREST PARIS Randonneur (Du 21 au 25 août 2011)

C'est l'année de Paris-Brest-Paris (1200 km en moins de 90h). 

Pietro est parti le lundi 22/08 à 05h00 pour faire la parcours en 84h maximum.

André est parti le dimanche 21/08 à partir de 18h00 pour faire le parcours en 90h maximum.

 

Les résultats: Pietro et André ont réussi. 

   

Pietro

André

Contrôle

Km

Heure

Cumul

Heure

Cumul

SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

0

22/08/2011 04:59

0h00

21/08/2011 20:00

0h00

VILLAINES-LA-JUHEL

221

22/08/2011 12:07

7h08

22/08/2011 07:16

11h15

FOUGERES

310

22/08/2011 15:56

10h57

22/08/2011 12:27

16h26

TINTENIAC

364

22/08/2011 18:28

13h29

22/08/2011 16:03

20h02

LOUDEAC

449

22/08/2011 22:21

17h22

22/08/2011 21:19

25h18

CARHAIX-PLOUGUER

525

23/08/2011 06:40

25h40

23/08/2011 08:22

36h22

BREST

618

23/08/2011 12:04

31h04

23/08/2011 13:47

41h47

CARHAIX-PLOUGUER

703

23/08/2011 16:01

35h02

23/08/2011 19:11

47h10

LOUDEAC

782

23/08/2011 20:04

39h05

24/08/2011 00:52

52h51

TINTENIAC

867

24/08/2011 04:58

47h59

24/08/2011 10:04

62h03

FOUGERES

921

24/08/2011 07:33

50h34

24/08/2011 13:51

65h51

VILLAINES-LA-JUHEL

1009

24/08/2011 11:52

54h53

24/08/2011 20:42

72h42

MORTAGNE-AU-PERCHE

1090

24/08/2011 16:00

59h01

25/08/2011 03:19

79h18

DREUX

1165

24/08/2011 19:32

62h33

25/08/2011 08:14

84h14

SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

1230

24/08/2011 22:41

65h42

25/08/2011 12:56

88h56

 

 

LOGO-PBP-vertical-72dpi.jpg

 

Le site: Paris-Brest-Paris 2011 

 

Toute l'info sur Paris-Brest-Paris: Fichier pdf

 

 

__________________________________________________________________________________________________________________________

 


Ma 3ème participation à Paris - Brest - Paris 2011

Par Pietro Sirigu

DSC03758.JPG

  Myriam, Pietro, André et un copain.

 


Paris - Brest - Paris (P-B-P) : la randonnée cyclotouriste mythique de 1230 KM lancée en 1891 par " Le Petit Journal "est devenue au fil des années la référence dans le monde des cyclotouristes du monde entier. C'est un peu les jeux Olympiques du cyclo et celle-ci  fait peur à beaucoup, nous étions malgré tout près 5200 cyclos au départ représentant plus de 25 nationalités. Et parmi eux, votre serviteur avec la ferme ambition de parcourir les 1230 Km en mois de 84H00. Pour la qualification à l'épreuve, j'ai parcouru les distances obligatoires de 200 - 300 - 400 et 600 Km : toutes réalisées entre Mars et Juin. Mon épouse Myriam et ma fille Ornella se sont jointes à la fête et Myriam fait office d'assistante technique à l'aide de ma camionnette.

Lundi 22/08/2011 - 5H00 (04H59 très exactement) : Mon départ avec l'obligation de terminer endéans les 84 heures.

L'énorme peloton d'environ 500 cyclos se lance dans l'obscurité vers la pointe de la Bretagne. A peine parti et déjà la pluie s'invite pour ce qui va être une terrible journée de galère avec d'incessant passages pluvieux et orageux de quoi vous miner les organismes et le moral. Les premiers kilomètres sont avalés très rapidement alors que j'avais prévu de partir calmement mais rien à faire le stress général pour ne pas parler de frénésie me font faire des choses à la limite du raisonnable. 

Mortagne-au-Perche (140 Km) à l'aller n'est pas un contrôle mais un ravitaillement : bien nécessaire pour remplir mes 2 bidons surtout au rythme fou auquel je roule soit 33,5KM/H depuis le départ, puis Villaines-la-Juhel (221 Km) où je passe à 12H07 soit après 07H08' de route donc toujours sur des bases très élevées ! J'avais à ce moment 01H02' d'avance sur mon temps de 2003 et 51' sur celui de 2007.

Je suis comme d'habitude parti trop vite et je décide de diminuer la cadence pour respecter mon tableau de marche qui est établi pour faire mieux qu'en 2003. A l'époque j'avais mis  69H36. C'est à cet endroit que je décide de manger une première fois et je retrouve Myriam et Ornella autour d'une table. Myriam prévoyante m'a préparé un bouillon bien chaud qui tombe bien à point car je suis transi de froid et trempé jusqu'à la moelle.

A Fougères (310 Km), il est 15H56' et j'ai à ce moment déjà 10H57' de vélo dans les guibolles et il faut le dire un mal au cul impossible ce qui m'oblige à rouler moitié assis et moitié en danseuse. Dans ces positions inconfortables je mets mes genoux à rude contribution et la douleur s'installe particulièrement sur mon genou gauche. Seraient-ce les prémices d'un début de tendinite ? J'en ai très peur car lors de mes 2 précédentes participations, j'ai à chaque fois galéré avec des problèmes de tendinites soit aux genoux soit au tendon d'Achille.

Je pars vers Tinténiac (364 Km) par des routes jalonnées de côtes casse-pattes et mon 3ème contrôle de la journée est atteint à 18H28’soit bien en avance sur mes anciens temps de passage.

Mon prochain objectif sera maintenant Loudéac (449 Km). J'ai mal au cul, aux genoux bref la galère mais j'insiste les choses ne peuvent aller plus mal !

A hauteur de Meneac au bas d'une descente, je vois un camion en travers de la route avec plusieurs voitures arrêtées en fil indiennes et des cyclos sur le bord de la route. Cela ne présageait rien de bon et effectivement, j'apprendrai par la suite qu'un cyclo américain de 58ans participant au P-B-P avait été victime d'un accident mortel.

J'ai atteint Loudéac à 22H21' soit avec 2H25' d'avance sur 2007. 

J'ai bien envie à cet instant  de continuer jusqu'à Carhaix mais j'ai déjà tellement souffert que je jette l'éponge. Myriam me demande de rester raisonnable et de dormir un peu. Après avoir avalé un plat de nouilles sautées au bœuf acheté au restaurant chinois face au contrôle, je m'allonge à l'arrière de la camionnette pour 3 heures de sommeil que j'espère récupérateur et pour me faire soigner l'arrière train qui est ouvert à plusieurs endroits des œuvres des frottements entre mon cuissard mouillé et ma fragile peau. La seule chose pour me soigner c'est d'étaler des paquets de pommades Croix-Rouge plus une crème anesthésiante  Nestosyl (Notez bien mes amis cyclos car cela pourrait un jour vous sauvez !).

Je repars direction Carhaix vers 2H30 du matin pour mon 2ème jour de route. J'ai froid et j'ai très difficile de redémarrer: tout mon corps est parcouru de frissons car j'ai pris un coup de froid et mes voies respiratoires sont atteintes : normal avec ce temps de chien qui a régné tout au long de la première journée.

La partie entre Loudéac et Carhaix s'apparente à un véritable cauchemar car je dois rouler de nuit avec en plus le brouillard tout en portant des lunettes ce qui est très handicapant : je voyais en permanence des reflets lumineux à travers mes verres et me faisait éblouir à chaque passage d'un véhicule en sens inverse et ce qui devait arriver, arriva soit une belle crevaison en pleine nuit au beau milieu de la pampa bretonne. Une crevaison dans ces conditions nocturnes est très pénible à réparer.

J'atteins Carhaix (525 Km) à 06H40'  et malgré les difficultés du parcours (hé oui, la Bretagne est vallonnée à fortiori par les petites départementales que nous traversons) et la motivation grandissant, je repars de plus belle pour aller conquérir Brest en passant bien entendu par le point culminant de la Bretagne à Roc Trévézel. Roc Trévézel dont la vue au sommet sera absente faute d'une épaisse bruine.

Nous avons droit à une visite complète de la ville de Brest, c'est la seule différence notable par rapport aux anciens parcours 2003 et 2007. Les organisateurs estimant que virer à Brest sans voir la ville avait moins de saveur.

L'impression en arrivant à Brest (618 Km) est  grandiose avec une superbe vue sur la rade et enfin le soleil retrouvé. Il est à présent 12H04' et Myriam me gâte : j'ai droit à un excellent sandwich au poulet et une tartelette aux pommes dégusté à même le trottoir le long des quais.

A peine reparti via une piste cyclable, voilà que je crève pour la 2ème fois. Je fais demi-tour à la camionnette pour effectuer la réparation dans les meilleures conditions et gonfler le pneu convenablement avec ma pompe à pied. Pas de chance, moi qui n'avais pas crevé une seule fois lors de mes 2 précédentes participations.

Maintenant que j'ai viré à Brest, je commence à décompter, malgré la fatigue qui s'installe. J'ai toujours une pointe de douleur aux genoux mais cela est supportable par contre petit à petit......la crève s'installe.

J'atteins Carhaix (703 Km) à 16H01' : le coup de pédale est toujours bon mais le moral n'est pas au beau fixe, j'ai  toutefois la chance de rencontrer Thierry Degueldre un copain de service militaire d'Alain Darville (Mon compagnon de route qui m'a manqué tout au long du parcours). Thierry nous avait fait le plaisir de venir faire notre BRM 600 et en papotant avec lui j'ai retrouvé petit à petit le moral.

Je repars vers Loudéac (782 Km) que j'atteins à 20HO4’ : crevé et plus que temps de m'arrêter. Je sais que l'option idéale pour améliorer mon temps aurait été d'aller jusqu'à Tintegniac mais je n'en ai plus le courage !

Après avoir repris des forces et fait soigner ce satané derrière, je me repose quelques heures dans la camionnette, finalement une bonne option puisque j'ai appris qu'il pleuvait à ce moment-là sur Tintegniac.

Je repars pour le troisième jour vers 1H45 du matin encore à moitié endormi : rien à faire il n'y a rien de pire que le manque de sommeil. Je vais donc à nouveau rouler de nuit et les jours se faisant de plus en plus court se sera jusqu'à peu près 7 heures du matin : c'est long la nuit...très long !

Arrivée à Tinténiac (867 Km) à 04H58' où j'aurais bien pris un petit-déjeuner mais il n'y avait pas de viennoiseries à disposition...quelle frustration. Je me console comme je peux, j'ai 2 heures d'avance sur mes meilleurs temps ce qui me booste bien évidemment.

Fougères (917Km) est atteint au sortir de la nuit à 7H33', depuis quelques kilomètres, je pense à ce satané millième kilomètre qui semble comme une barre infranchissable. Mes problèmes de gorges et de trachées s'empirent à tel point que je ne bois plus beaucoup puisque la déglutition devient pénible. Le fait de rencontrer des cyclos blessés ou jetés le long des routes me fait craindre le pire et surtout me rappelle à l'ordre : personne n'est à l'abri d'un souci majeur !

J'arrive finalement à Villaines-La-Juhel (1009 Km) à 11H52' : Myriam ne me reconnais plus, je suis blanc et le regard absent. Je suis dans un état fiévreux  Je décide de reprendre des forces en mangeant de tout en me faisant masser par Ornella ce qui me requinquera.

Toujours aucun signe de tendinite : est-ce que je passerai aux travers ? Il est vrai que pour la première fois, j'ai passé une année sans traumatisme physique.

Il est 16H00' lorsque j'arrive à Mortagne-au-Perche (1090 Km), ça commence à sentir l'écurie et je retrouve de plus en plus le moral. Je sens que je tiens mon défi et que je battrai mon meilleur temps à la condition de continuer sur le même tempo ce qui n'est pas évident lorsque l'on est un peu malade. De toute façon, j'ai décidé d'en terminer avec ce parcours et de rouler de nuit si nécessaire, ce qui selon mes plans devrait se faire pendant une heure tout au plus.A 19H32, je suis à Dreux (1165 Km).Je suis fiévreux et je suis arrivé très péniblement à ce contrôle. Je suis crevé et malade et donc je pense très sérieusement galérer pour mon dernier périple vers la ville Lumière.

Je mange une dernière fois tel un condamné à mort lors de son dernier repas (Une cuisse de poulet vieille de 2 jours).

Je me lance maintenant dans la dernière étape du parcours qui finalement s'avèrera assez aisée, l'arrivée vers Paris est longue et plus spécialement la portion de forêt aux environs de Gambai surtout en passant celle-ci dans la pénombre. Enfin un premier panneau Paris 15KM puis un deuxième Paris 10KM : incroyable mais ce sont des kilomètres interminables et la traversée de la ville de Saint-Quentin-en-Yvellines n'en finit pas avec de plus ces multiples feux de signalisations qui s'acharnent contre moi en passant au rouge lors de mon approche.

Finalement la plaque du dernier kilomètre que je termine à fond les boulons ! Il est 22H41 et je suis rentré.

L’émotion est forte, presque aux bords des larmes bien que je commence à être un vieil habitué de ce RDV.

Une joie indescriptible m'habite en voyant Myriam et  Ornella qui sont venues m'accueillir. Une partie de ma réussite leur revient car il faut savoir qu'il n'est vraiment pas facile de suivre, d'organiser l'intendance en n'oubliant jamais de précéder le cyclo même quand celui-ci roule de nuit, il faut être en permanence tout en anticipation et être à l'écoute et au service total de cyclo quand ce n'est pas jouer à l'infirmière.

Chapeau les filles, quelle équipe exceptionnelle vous faîtes...mon équipe tout simplement ! Je vous dédie mon nouveau  meilleur temps soit 65H42'. J'ai donc amélioré mon chrono de près de 4 heures ( 3H54' ).

Après quelques heures de repos à l'hôtel Campanile de Plaisir (Cela ne s'invente pas) et après avoir pris un petit-déjeuner, nous repartons sur Bruxelles.....le moral un peu en berne.....car P-B-P c'est dur mais pourvu que ça dure.

En un peu moins de trois jours, j'ai fait provision de souvenirs pour des années au minimum jusqu'au départ de 2015.

Ma préparation à P-B-P s'est résumé au minimum requis soit 7.500KM, cela peut paraître peu mais je me suis présenté frais au départ par contre c'est nettement insuffisant pour réellement tenir la distance sans trop souffrir.

 

Une chose très importante, je voudrais associer tous mes potes qui par voies d'e-mails et sms m’ont véritablement portés durant mon périple.

 

Quelques chiffres de mon P-B-P 2011:

Distance: 1.246,21 Km.
Dénivelé : 10.000 mètres.
Une côte tous les 3 Km soit 365 côtes en tout.
Départ: Lundi 22/08/2003 à 5h00 du matin: délai maximum 84 Heures.
Temps total : 65h42’.
Temps total des arrêts : 15h45'39''.
Temps à vélo : 49h56'21''. (Soit 25Km/h).
Nombres de partants : 5.192 Cyclos
Arrivés : 3.980 Cyclos
Abandons : 1.018 Cyclos
Hors délais : 270 Cyclos

 

                                                                   ____________________________________

 

Ornella a réalisé quelques films : Lien vers les films

 001.jpg

002.jpg003.jpg004.jpg005.jpg

 

 

 

SCAN0001.jpg

SCAN0002.jpgSCAN0003.jpgSCAN0004.jpgSCAN0005.jpgSCAN0006.jpg

 

 

 

 

 

                                                                   ____________________________________

 

 

Les temps de passages et temps cumulés:

Contrôle

Km

Heure

Cumul

SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

0

22/08/2011 04:59

0h00

VILLAINES-LA-JUHEL

221

22/08/2011 12:07

7h08

FOUGERES

310

22/08/2011 15:56

10h57

TINTENIAC

364

22/08/2011 18:28

13h29

LOUDEAC

449

22/08/2011 22:21

17h22

CARHAIX-PLOUGUER

525

23/08/2011 06:40

25h40

BREST

618

23/08/2011 12:04

31h04

CARHAIX-PLOUGUER

703

23/08/2011 16:01

35h02

LOUDEAC

782

23/08/2011 20:04

39h05

TINTENIAC

867

24/08/2011 04:58

47h59

FOUGERES

921

24/08/2011 07:33

50h34

VILLAINES-LA-JUHEL

1009

24/08/2011 11:52

54h53

MORTAGNE-AU-PERCHE

1090

24/08/2011 16:00

59h01

DREUX

1165

24/08/2011 19:32

62h33

SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

1230

24/08/2011 22:41

65h42

 

 

 

Comparaisons des temps 2003-2007-2011 :

 

 

 

KM

2011
(Départ Lundi)

2007
(Départ Mardi)

2003
(Départ Mardi)

Saint Quentin en Yvellines / Départ

0

04h59 / Lun

05h00 / Mar

05h00 / Mar

Mortagne au Perche / Aller

140

X

X

X

Villaines La Juhel / Aller

221

12h07

12h58

13h09

Fougeres / Aller

310

15h56

17h12

17h17

Tinteniac / Aller

364

18h38

19h44

20h30

Loudeac / Aller

449

22h21

00h14 / Mer

00h46 / Mer

St Nicolas Du Pelem / Aller

493

X

X

X

Carhaix / Aller

525

06h40 / Mar

08h43

08h24

Brest

618

12h04

13h01

12h27

 

 

 

 

 

Carhaix : Retour

703

16h01

18h19

17h13

St Nicolas Du Pelem / Retour

736

X

X

X

Loudeac / Retour

782

20h04

22h33

21h03

Tinteniac / Retour

867

4h58 / Mer

09h03 / Jeu

06h49 / Jeu

Fougeres / Retour

921

07h36

11h40

09h32

Villaines La Juhel /Retour

1009

11h52

17h05

14h18

Mortagne au Perche : Retour

1090

16h00

22h20

18h28

Dreux / Retour

1165

19h32

03h58 / Ven

23h38

Saint Quentin en Yvellines / Arrivée

1230

22h41 / Mer

09h15

02h36 / Ven

   

65h42

76h05'

69h36'

Les commentaires sont fermés.