30/06/2008

Milan - San Remo 2008 : Le récit

 

Menu principal



La Primavera 2008
Par Christophe Van Schepdaele

La 38ème édition de Milan San Remo est une cyclo sportive de 296 km dont le but du jeu est de la parcourir en maximum 12h00 avec ravito (rifornimento) et contrôle compris.

Le grand départ est donné à 05h15 à Wetteren sur le parking de la société de car ITA (à ne pas confondre avec ETA) oû j' y rejoins un groupe de 37 cyclo dont Geert Lammens (organisateur), quelques Paris-Bresteurs, la p'tite Hélène (qui était présente sur notre 200) et d'autres dont je ferai de plus amples connaissances.

Rallier Milan est déjà une aventure en soi. Cela permet de (re)voir les beaux paysages d'Alsace-Lorraine avec la vallée du Piémont et son célèbre château du Koenigsbourg suivi de la traversée de la Suisse avec ses jolis lacs et montagnes. Nous n' avons malheureusement pas eu l' occasion de visiter Milan avec sa jolie galerie Vittorio Emanuel, la Scala, Il Duomo ou même la célèbre basilique palèo-chrétienne surveillée de près par le patron des Milanais  Saint Ambroise  (équivalent du "Saint Michke" de chez nous) mais ce sera sûrement partie remise.

Nous arrivons vers 19h30 à l'Hôtel à Rosate qui est située à 19km du départ Milan-San Remo...
On décharge tout le matos, on s' y met à l' aise et nous soupons tous ensemble un repas très copieux à base... je vous laisse deviner...de pâtes et viandes comme les Italiens savent si bien les faire, hmmm...

Le déjeuner est fixé à 05h00. Je règle mon réveil à 04h15, mon compagnon de chambre un peu étonné que je le fasse sonné si tôt mais je lui explique que chez moi "certaines" choses mettent un peu + de temps (n' est-ce pas Gérard!?).

Par facilité, nous avions décidé la veille au soir de rejoindre le départ de Milan- San Remo en vélo, ce qui bien entendu nous évitait de charger et décharger toutes les bécanes le matin.

Dernières photos de groupe devant  l'hôtel et nous nous en allons rejoindre les participants (500 au total).

Le départ est donné et les purs sang démarrent plein tube (55-60km/h constant) sur de longues lignes droites avec un vent légèrement défavorable. Quand je les voyais rouler à cette allure,  j'ai compris que je n'étais plus en Italie mais tout simplement sur une autre planète! 
Les premiers km se passent très bien jusqu'à ce que je perde mon bidon (km 15), je décide de me mettre sur le côté et d'attendre que le peloton soit passé pour le récupérer et là je le retrouve complètement éventré. Je repars et je vois un peu plus loin au moins une vingtaine de bidons sur le sol; j'en profite pour en prendre un et je repars de sitôt afin de rejoindre le peloton mais voilà qu'un peu plus loin... bardaf.... mon 2ème bidon fout le camp, faut dire que le macadam sur ce tronçon n'était de bonne qualité. Je m'arrête à nouveau et là mon bidon
n'était pas éventré mais à moitié vide. Il ne me manquait plus qu'une crevaison et mon compte était bon! Je crois que le Bon Dieu italien devait m'en vouloir ce jour-là!

Je redémarre tambour battant à du 41-43 km/h constant pendant 20 min mais je me rends compte que ce n'est pas suffisant pour  rejoindre le 2ème peloton (le 1er étant celui des amateurs). Je rattrape quelques petits groupes et décide de rester dans l'un d'eux mais le problème c'est que ce groupe là n'allait pas assez vite non plus. Deux cyclos nous dépassent, je saute dans les roues puis arrive un autre groupe de quatre gars où là j' en profite à nouveau en sautant dans leurs roues; je fais connaissance avec eux; ce sont 4 italiens (me voilà bien embarqué) et nous ferons des relais assez poussés pendant un bon bout de temps mais n' étant pas habitué à rouler à des vitesses folles comme celles-là,  je décroche un première fois puis une deuxième; ils se retournent et décident de diminuer un peu le rythme pour que je puisse revenir avec eux sur le peloton où nous aurons finalement du chasser pendant près de 45 minutes. Je tiens à faire remarquer la gentillesse et le fair-play des 4 Italiens. Bravo! Ca m'a fait énormément plaisir! Ils n'étaient pas obligés de m'attendre car eux, étaient visiblement là pour faire une grosse performance! Je rejoins en même temps que les autres membres de mon groupe  le premier ravito organisé par le papa et un ami des frères Lammens à Tortona (km 77)  avec un 36,7....de moyenne!!! Une moyenne qui était à peu de choses près similaire aux leurs.

On redémarre après 10 min d'arrêt et là commence les faux plats et les petites bosses: la Capriata d 'Orba et L'Ovada qui ne sont pas longues mais forts pentues à certains passages. C'est comique parce que sur la feuille de route, elles ne sont pas reprisent comme de côtes proprement dites. Ah, les Italiens ! Je crois que ce que nous appelons des côtes chez nous ce sont des faux plats chez eux!


Après quelques km, je sens un p' tit coup de fatigue. Je décide de manger et de BOIRE par toute petite quantité pendant 10 km et là OUF je me sens revivre avant le 1er ravito officiel au sommet du Campo Ligure (km 135) qui se trouve dans la montée du Passo del Turchino. Le rythme est un peu moins soutenu mais la moyenne toujours élevée 35,6 km. C'est en participant à un événement comme celui-la que je me rends compte que toutes les longues distances parcourues avec les copains du club m'ont apporté beaucoup d'expériences surtout dans la manière de gérer les efforts qui a ce stade-ci est vraiment très important. 

La descente du Turchino est longue et d'une beauté indescriptible. Nous passons par Gênes et commencerons à rouler le long de la mer Liguriènne oû il fait une chaleur accablante à certains endroit (parfois même + de 30°). Nous nous écartons du bord de mer pour  rentrer à l'intérieur des terres et se diriger vers le 2 ème ravito (km 215). Mais avant d' y arriver nous passons la côte du Spotorno  (qui n'a de côte que le nom), la Pietra Ligure et la fameuse montée de La Finale Ligure. C'est une bosse qui ressemble à la "Côte aux vaches" (pour ceux qui se rappellent lors de nos vacances en Sardaigne). Je la monte à mon rythme jusqu' à ce que j'entende un bruit de rayon qui pète à ma roue arrière. Imaginez la scène: ma roue arrière qui danse la samba et moi à fond les boulons à....9km/h dans ce que je pourrais appeler une rampe d'escalier...de près de 5 km

Au sommet, j'ai pu bénéficier des services d' un meccano mis à la disposition des participants. Il a réparé ma roue si rapidement que je me suis demandé s'il n'avait pas suivi une formation dans une écurie de F1... Le ravito se trouve quelques mètres + loin et en profitons pour nous refaire une santé.

Au bout de la descente, nous retrouvons à nouveau  la mer Liguriènne (Riviera du Ponant) avec ces magnifiques monuments architecturaux, ces terrasses, ces palmiers, ces jolies filles et tout ça toujours sous un soleil de plomb...

Nous continuons et enchaînons les fameux Capi: Capo Mele, Capo Cervo, Capo Berta et Verde (longues chacune de 3,5 à 5 km) suivi de près de La Cipressa  qui est longue et dure à la fois. On en profite pour faire quelques photos et on se dirige vers la dernière difficulté  du jour avec le Poggio qui dans l'effervescence générale du groupe; nous paraîtra moins pénible que les autre bosses même si elle est fort pentue. On pique une pointe dans la descente et nous franchissons enfin la ligne d'arrivée de Milan-San Remo.  

Milan-San Remo restera pour moi une formidable expérience, à tout point de vue,  je la termine en étant fatigué mais avec la tête remplie de bons souvenirs et maintenant, je comprends mieux pourquoi les pros rêvent un jour de l'avoir à leurs palmarès. Je crois qu'il faut être un extra-terrestre ou tout simplement s'appeler Spartakus pour la gagner car ce qui fait la particularité de cette course c'est tout de même l'enchaînement des côtes, bosses ou cols (ne sais même pas comment les Italiens les définissent), la vitesse, la longue distance, les changements de braquets incessants, l'exigence que cela représente au niveau de la débauche d' énergie et surtout ces magnifiques paysages que l' on retrouve entre la Lombardie et la Ligurie...  

J'aurai fait Milan San Remo en 11h15 (arrêts compris) à 30,6 km/h de moyenne (sur le vélo)  26,19 km/h (arrêts) et compte bien réitérer cette aventure mais....entre autre avec quelques membres du club!

 

Les commentaires sont fermés.